L’écriture de “Mes sources” et les difficultés rencontrées

Par Marc-Antoine Belzile

En date d’aujourd’hui (mardi 11 février), j’ai complété ma problématique, mes sources ainsi que ma méthodologie.

Comme d’habitude, j’ai de la difficulté à synthétiser. Sans le test dans mes sources, je dépasse le nombre de mots permis de 800 mots. Je m’appliquerai donc à raccourcir mon texte dans la dernière semaine avant la remise que j’ai réservé pour réviser.

Une autre de mes difficultés fut l’élaboration de ma méthodologie. Comme je l’avais déjà mentionné dans un précédent billet, j’avais peu réfléchi à la méthodologique que j’allais appliquer à mon projet. « Je vais démontrer comment se sont développés les cinémas de Lévis avec les journaux » était la phrase qui me revenait quotidiennement en tête. Pour étoffer ma partie sur la méthodologie au-delà de ces treize mots, j’ai donc conçu mon projet schématiquement, à l’aide d’un brouillon. Cette organisation m’a permis de comprendre ce que je voulais faire et comment j’allais y arriver.

Ma grande peur était la rédaction de ma problématique. J’avais peur d’écrire ou plutôt de ne pas réussir à écrire. J’ai donc repoussé cette partie et j’ai commencé à l’écrire seulement en date du 9 février. Ainsi, en écrivant sur mes sources et ma méthodologie, ça m’a laissé du temps pour réfléchir à ce que je veux faire avec ce projet. Les idées venaient graduellement. Elles sont surtout venues lors de mes marches entre la bibliothèque et l’arrêt d’autobus. Comme quoi une réflexion sérieuse à tête reposée s’imposait.

Cependant, étant donné que je me suis pris un peu d’avance, j’ai pu consulter à de nombreuses reprises M. Saunier pour lui demander des conseils. J’ai également remis une première version de mon travail (sans le test dans les sources) à ma directrice de maîtrise. Ainsi, malgré un parcours hasardeux, j’entretiens l’espoir de remettre un travail adéquat le 20 février.