Ça avance.

J’avais choisi pour ce premier devoir de m’attaquer à l’historiographie. Je craignais de me retrouver devant ma page Word sans n’avoir rien à dire. En effet, j’avais peur de ne pas trouver suffisamment d’éléments bibliographiques pour mon sujet que ce soit dans le cadre de mon mémoire ou de ce premier travail.

            Mais ça c’était avant.

Mon séjour en France m’a permis d’avoir accès à plusieurs ouvrages concernant toutes sortes de domaines tous plus passionnants les uns que les autres comme la construction navale accompagnée de ses tenons, ses ribords (c’est la virure de bordé faisant suite au galbord si ça peut aider) et ses gréements (si si je vous jure, c’est passionnant).

Quand est-il du travail long ? Je n’ai pas rencontré de difficulté particulière jusqu’à présent. Il existe au final de nombreux débats historiographiques sur la flotte romaine et je pense avoir réussi à les synthétiser malgré le bord… la complexité. Une difficulté qui n’en est pas vraiment une serait de parler d’ouvrages portant sur le commerce en Méditerranée occidentale. Cela pourrait être une difficulté parce que la plupart des écrits sur ce commerce se concentre avant tout sur les amphores et céramiques (là j’avoue c’est moins passionnant). Mais ce n’est pas une difficulté en soi car un commerce de céramiques présuppose des relations commerciales entre plusieurs Etats. On peut transposer ces échanges de céramiques à plusieurs autres denrées dont on sait, par les sources, qu’elles étaient échangées (comme les céréales). Je devrais en rendre compte dans le devoir car une absence dans l’historiographie fait partie de l’historiographie.

Pour conclure, je dirai que le travail est sur de bonnes voies, j’ai eu de très bonnes surprises en tombant sur des ouvrages dont l’intérêt ne m’était pas apparu immédiatement mais ils se sont avérés être des mines d’or d’informations.

Un petit avant-goût pour Jeudi, je ne vois pas pourquoi il n’y aurait que moi qui devrais s’amuser avec du grec