En ébullition.

Par Thomas Nadeau-Mercier

Le travail avance peu à peu, mais il me reste encore beaucoup à faire d’ici le jour de la remise. J’étais confiant quant à ma capacité à réaliser ce travail rapidement compte tenu de l’avancement de mes recherches, m’ayant permis de cerner ce que je souhaitais mettre sur papier. Évidemment la réalité est passablement différente, et je commençai à ressentir un certain stress après ma rencontre avec M. Saunier. Celui-ci insista sur la difficulté et le temps nécessaire à l’organisation correcte de nos idées, même si le propos semble à première vue bien évident dans notre tête.

Effectivement, la tâche apparaît un peu plus colossale que prévue, mais toutefois bien atteignable si je garde un bon rythme de travail. J’ai ainsi été en mesure d’écrire une première partie au sujet du corpus et de la méthodologie, ce premier jet qui s’apparente toutefois à « une grosse job de débroussaillage », et qui impliquera nécessairement une révision substantielle. Ainsi je sens que la principale difficulté à laquelle je fais face en ce moment est relative au temps, au besoin de mettre sur papier, m’arrêter, mettre de l’ordre dans mes idées, puis corriger. Je suis toutefois positif, surtout considérant le caractère thérapeutique de ce travail, me permettant enfin d’organiser un premier plan sommaire de ma maîtrise.

Si les parties sur les sources et la méthode se sont assez bien écrit – quoique j’ai quelques incertitudes quant à cette dernière – j’ai certaines appréhensions quant au test dans les sources qui exigera probablement plus de temps de travail.

Courage camarades,

Une bière froide s’impose la semaine prochaine.