Un 180 sans se péter la gueule… ou presque.

Par Léon Isabelle

Un changement de dernière minute, surtout en ce qui concerne les tâches scolaires, n’est pas toujours le bienvenu, mais il faut apprendre à composer avec. Plus tôt dans la session, j’avais décidé d’attaquer par le travail sur l’historiographie dans le but « de déterminer un angle d’approche un tant soit peu original pour mon mémoire », ce que j’ai effectivement été en mesure de trouver. Alors, comme j’ai depuis longtemps entrepris ma recherche d’ouvrages historiographiques et que ma lecture a été bien entamée, je devrais venir à bout de ces 3 500 mots après-demain, de commencer mon deuxième travail et de me lancer très bientôt dans la rédaction de mon séminaire, sans aucun problème à l’horizon, n’est-ce pas ? 

Haha. Elle est bonne. Surtout en ce qui concerne le séminaire. 

Parce qu’en fait, je considère analyser, dorénavant, non pas la tuerie de Columbine en elle-même, mais plutôt les discours qu’elle a pu engendrer. Ainsi donc, mon mémoire consistera en une étude critique des sources produites par Columbine, allant des témoignages des survivants aux guides parentaux alimentés par la panique morale anti-gothique en passant par les films et les documentaires abordant la fusillade. En termes pratiques, cela veut dire qu’une grande partie de mon historiographie vient de basculer du côté de mes sources primaires et que, n’ayant pas eu le temps de la redéfinir – chose qu’il me faudra faire bien vite – j’ai décidé de m’attaquer d’abord au travail sur les sources primaires… il y a de cela moins d’une semaine. Sachant avec quel plaisir j’aime discourir longuement sur celles-ci, je me suis attelé à la tâche le plus « tôt » possible. Le défi : atteindre la nouvelle limite de mots.