Il faut sauver le soldat l’Ancien

Par Raphaël M.-Thériault

Il y a quelques semaines on soulignait à quel point il était stupide et dangereux d’écrire à la dernière minute. En conséquence, j’ai décidé d’écrire ce billet à 21h le soir même de la date butoir.

« Mais pourquoi diable ?! » me demanderez-vous avez désemparement. Tout simplement parce que j’étais pris par deux autres tâches : rédiger un bilan historiographique et pleurer. Surtout pleurer. Nommez ça comme vous voulez, moi j’appelle ça de l’« art ». En outre, quand on fait de l’art, on a de bonnes raisons de pleurer. Ça montre de la passion…

En matière d’art cependant, un degré d’abstraction est toujours nécessaire pour pouvoir apprécier les pièces du gala tout en dégustant des hors-d’œuvre aux noms aussi insolites que leurs saveurs : marmelade de poisson et émulsion d’églantier à la viennoise ? Bref, je me dois ici d’avouer à quel point le jour où M. Saunier m’a annoncé avec familiarité et bonhomie que l’avance que je croyais avoir accumulée prenait en fait la route du dépotoir, j’ai sitôt senti les serres d’Abstraction qui s’emparaient de moi pour me hisser jusqu’au firmament… avant de me laisser tomber dans le vide. Une sensation d’apesanteur incomparable, mes amis ! Je vous le conseille fortement.

Je suis en effet de ceux qui construisent leur biblio de manière ciblée, en flirtant à gauche et à droite, pour reprendre les termes d’un précédent billet. Un butinage fortement encouragé par mon directeur, qui cherche à me faire réfléchir sur plusieurs sujets historiques à la fois ; des sujets tous susceptibles de revenir lors de la lutte épique destinée à m’opposer à Antoine « The Destroyer » Coquet et Benoît « Big Horn » Cayet.

Or, il se trouve qu’en lisant un peu partout je me suis fait le familier de toutes les conversations, mais l’expert d’aucunes. Grosso modo, je suis bien fait baisé[1]. Le perfectionniste en moi trouve en outre bien aventureux, pour ne pas dire prétentieux, de dresser un bilan historiographique sur des sujets que je connais encore fort peu. Pour être honnête, je me sens un peu comme le gars à qui on aurait donné un gun avant de le parachuter au front avec pour seule compagne dans son anxiété l’expression surfaite : « tu vas voir, tu vas t’habituer, mec. »

Nous sommes présentement à moins de deux semaines de la date de remise et drôlement je ne me sens pas encore d’humeur à griller clope sur clope en blaguant avec les copains de la compagnie pendant que l’artillerie ennemie pilonne nos positions.


[1] Mot masqué par l’éditeur.