RAPPORT : Opération Translatio prologi

Par Patrick L. Pontbriand

Le contact avec l’ennemi a été désastreux. La garnison du MS Sloane 3853, composée d’innombrables anomalies, a facilement repoussé notre maigre arsenal de compétences. Devant cette résistance insurmontable, nos troupes ont initié une retraite totale. Nous sommes défaits.

En tant que commandant, j’assume l’entière responsabilité pour la sous-évaluation qui a mené à ce cuisant échec. Toutefois, même si nous devons abandonner l’idée d’un assaut frontal, la guerre n’est pas perdue. Cette première bataille a révélé des points faibles dans la position ennemie qui seraient vulnérables à une offensive dispersée. Nous réorientons donc notre stratégie pour employer des tactiques de guérilla.

Allégorie militaire à part, je n’ai pas réussi à traduire le prologue de mon manuscrit dans le temps prévu parce que j’ai trop de difficulté à comprendre le latin de mon scribe. Je détaillerai dans le travail les problèmes qui ont exigé cet ajustement. Par nécessité, mon échantillon est réduit à quelques petits passages que j’arrive à comprendre et qui révèlent la structure du texte. Par exemple, j’analyse la table des matières et certaines phrases simples qui annoncent des sections.

Cela me permettra de me concentrer davantage sur mon questionnement à propos de la transmission du savoir magique. En utilisant seulement le bloc du prologue, le potentiel d’y retrouver des éléments d’autres sources ou des nouveautés intéressantes est assez limité. En étudiant plutôt ces petites expressions claires qui esquissent une plus grande part du contenu, je pourrai mieux repérer les éléments empruntés et les grandes idées du texte.