Un bon petit mijoté de… terriers

Texte écrit par Emmy Bois

Étape 1 : Préchauffer le « four » à 350°F

Depuis septembre, mon « four » préchauffe. Tranquillement, mais sûrement.

Et depuis septembre, je lis. Peut-être pas assez d’ailleurs.

Au fil de mes lectures, j’ai été amenée à réfléchir à la pratique des papiers terriers , mais aussi aux acteurs de cette pratique, à son évolution sur le territoire et aux étapes menant à la confection de ces documents notariés. La tête remplie de nombreux questionnements, j’ai constitué une bibliographie préliminaire d’une trentaine de titres, approuvée par mon directeur de recherche.

Étape 2 : Éplucher les titres

Est-ce que j’ai passé à travers cette bibliographie préliminaire? Je pense que je n’ai pas vraiment besoin de répondre à ça…

Quoi qu’il en soit, j’ai ciblé trois principaux domaines de savoirs avec lesquels je devrai jongler dans mon mémoire : la pratique des terriers en elle-même[1], l’évolution de la propriété foncière et l’occupation des terres dans la vallée laurentienne, et le notariat. Je touche donc à l’histoire administrative et notariale, à la géographie historique et à l’histoire politique.

À ma bibliographie préliminaire, j’ai ajouté quelques autres titres. Et je continue encore d’en ajouter.

Étape 3 : Laisser macérer

Pendant la semaine de relâche – eh, je veux dire, la semaine de lecture –, j’ai pris une pause. J’ai lu quelques pages, mais je me suis surtout reposée, j’ai écouté des films et je me suis fait tatouer.

Et alors que je redémarre la « machine » – honteuse de m’avoir permis de prendre congé –, je réalise qu’un petit temps de macération m’était nécessaire afin d’avoir une vision un peu plus claire.

Je ne peux pas en dire autant pour mon séminaire…

Étape 4 : Ne pas paniquer

Ouain, je sais : plus facile à écrire qu’à faire, et ce, même si j’ai relativement confiance en ce que j’ai réalisé jusqu’à maintenant.

Heureusement, je rencontre M. Laberge demain et M. Saunier jeudi. Après ces rencontres, je devrai savoir si je suis bien partie.

Ou non.

Dans ce cas-là, je pourrais me réorienter – et surtout paniquer.

Bon, je ne voulais pas sonner trop alarmiste. Mon four – qui préchauffe depuis longtemps – n’a pas encore pris feu. C’est bon signe, je crois.

On se réconforte comme on peut, hein ?


[1] Ici j’inclus tout ce qui se rapporte à cette pratique, soit les étapes menant à la production d’un terrier (lettres de terriers, ordonnances) et les étapes de la confection des terriers en elle-même. J’y inclus aussi les documents ou lois qui ont régulé la pratique sur le territoire : je pense surtout aux ouvrages produits par les feudistes (spécialistes du droit féodal) et la loi de 1808 réaffirmant que l’émission des lettres de terriers était uniquement à la charge du gouverneur.