Un bon défi

Par Raphaël Lévesque

Après avoir rédigé le premier travail, je m’étais dit cette fameuse phrase qu’on se dit probablement tous après avoir vécu un peu de stress concernant un échéancier : « Pour la prochaine fois Raph, essaie donc de prendre un peu d’avance. » En tant que bon étudiant, j’ai eu tort de croire que ce deuxième travail allait se passer différemment. La semaine de lecture a davantage été pour moi une occasion de me reposer et de voir mes amis que de travailler sur mon projet. Or, j’en paye maintenant un peu le prix sachant qu’il me reste 16 jours au compteur avant de devoir remettre officiellement ce papier sur mes sources.

Le plan d’attaque

J’ai tout de même consacré un peu de temps à lire, à prendre des notes et à observer les différentes méthodes empruntées dans le cadre de travaux similaires au mien. Je dois admettre que le premier travail m’a donné un bon coup de main pour cette étape. J’ai notamment déjà réussi à identifier plusieurs chercheurs clés pour m’aider dans la construction de ma propre méthodologie. Toutefois, s’il y a une difficulté que je rencontre en ce moment, c’est l’élaboration de ma problématique. Cette dernière reste encore très nébuleuse à mes yeux. Pour y remédier, je songe à emprunter le même chemin que Marc-Antoine concernant son premier travail en me gardant cette partie pour la fin. J’estime que de passer du temps dans mes sources et mes livres va me permettre de mieux préciser la direction que je souhaite donner à ma recherche.

Le mois de mars risque d’être un bon défi. Je vais devoir composer avec ce deuxième travail, mais aussi avec celui de mon séminaire. J’essaie de m’encourager en me disant qu’au moins le printemps est à nos portes !