« Lâche pas la patate »

Par Thomas Nadeau-Mercier.

J’ai d’abord réalisé le travail dans les sources et je m’attaque maintenant au bilan historiographique. Je ne m’y suis pas encore réellement penché, tiraillé entre ma dissertation de séminaire, mon contrat de correction, et une grosse envie de « chiller » au cours des belles journées ensoleillées de la semaine de relâche. Est-ce que c’est le printemps? Pas encore, mais la fin de la session est là-bas, pas si loin.

Vous me sentez décontracté, mais j’ai encore beaucoup de travail à réaliser d’ici la remise de mon bilan. Si je suis confiant, c’est que j’ai déjà réalisé de nombreuses lectures sur mon sujet au cours des derniers mois, et que j’ai donc l’impression d’être aisément en mesure de réaliser ce travail sans trop d’efforts.

Quelques champs historiographiques sont toutefois toujours à explorer et à étoffer. J’ai largement consulté l’historiographie québécoise et canadienne concernant la pilule contraceptive, et, à mon plus grand bonheur, assez peu travaux ont été réalisés sur le sujet, de quoi justifier la pertinence de mon mémoire très facilement.

Cette situation est à la fois problématique, laissant de nombreuses zones grises quant à ma recherche. Je dois nécessairement consulter la littérature étrangère au sujet de la pilule, notamment celle des États-Unis qui est passablement touffue.

La grosse partie du travail consistera ensuite à mettre de l’ordre dans mes fiches de lecture, mais surtout à me refamiliariser avec certaines études dont j’ai probablement oublié l’existence. Je mets tous mes espoirs dans mes notes de lecture, dont la qualité est inégalable. (J’exagère pour me donner du courage.)