Bilan élargi: permission de suivre ma curiosité

Par Patrick L. Pontbriand

J’organise mon exploration bibliographique sur trois fronts : les thèmes, les zones et les disciplines. Je pars donc de mon sujet spécifique, l’histoire (discipline) de la magie rituelle (thème) en Europe médiévale (zone spatio-temporelle), et je forme des axes d’exploration en changeant certains des éléments qui le composent.

Pour l’instant, j’ai exploré l’histoire de la magie dans une zone spatio-temporelle qui n’a aucun lien direct avec l’Europe médiévale : le Japon prémoderne. Cela m’a permis de constater que les historiens qui étudient cette magie, pourtant très différente de la mienne, partagent plusieurs de mes préoccupations. Par exemple, certains spécialistes qui s’intéressent aux waka (poèmes magiques) se concentrent également sur l’origine et la transmission du savoir magique. De plus, j’ai remarqué une certaine synchronicité historiographique : comme nous, ces chercheurs en sont à l’étape de prioriser le contenu des sources magiques elles-mêmes plutôt que leur contexte et leur réception.

J’ai aussi exploré l’histoire de l’alchimie, thème de savoir occulte qui cohabite avec la magie en Europe médiévale. Les mécanismes de transmission du savoir des alchimistes ont beaucoup en commun avec ceux des nécromanciens, et ils sont mieux connus grâce au travail des historiens de la science qui s’y intéressent depuis la naissance de leur domaine.

J’ai l’intention de me renseigner sur quelques autres thèmes, mais la prochaine grande direction de ma recherche sera disciplinaire. J’attaque en ce moment l’anthropologie de la magie, et je verrai ensuite où ma curiosité me mène.