L’écriture de “Ma bibliothèque” et les difficultés rencontrées

Par Marc-Antoine Belzile

J’ai commencé le travail sur la bibliographie pendant la semaine de lecture. Rapidement, je me suis rendu compte que le travail serait bien moins aisé que je l’avais cru. En effet, depuis une semaine, je regroupe les ouvrages qui me semblent essentiels pour mon travail et je relis mes notes pour me replonger dans mes lectures qui me semblent lointaines. Brosser un portrait de l’ensemble de ces sources secondaires me semble particulièrement difficile. En effet, j’ai de la difficulté à identifier les récurrences, les débats marquants dans chaque domaine de savoir, l’évolution des pensées, etc. J’imagine que plus je vais lire et relire mes principales sources secondaires, plus je serai en mesure d’accomplir le travail demandé.

De plus, il y a certains domaines de savoir que je ne maîtrise pas autant que l’histoire sociale du cinéma. En effet, je ne pense pas posséder une vision large de l’historiographie de l’histoire du loisir, j’essaie donc de faire de nouvelles lectures pour ouvrir mes horizons. L’intersectionnalité m’a été suggéré il y a quelques semaines lors de la rédaction de “Mes sources” pour me donner un meilleur cadre théorique. Je serai donc franc dans ma rédaction en affirmant que le dernier domaine de savoir méritera plus d’attention de ma part au cours des prochains mois.

Soyons positifs un peu. Tout d’abord, en date d’aujourd’hui, j’ai terminé une première version de ma problématique (qui méritera de nombreuses coupures puisqu’elle fait deux pages) et j’ai commencé la rédaction de l’histoire sociale du cinéma. Je fais près de 1250 mots. Mais bon, écrire, c’est réécrire. Je ne considère donc pas avoir fait le tiers du travail demandé. De plus, le plan détaillé que l’on doit élaborer dans mon séminaire sera remis jeudi. Je pourrai donc à partir de ce moment me plonger entièrement dans l’élaboration du travail 2.