À Marie

Par Raphaël Mainguy-Thériault

Chère Marie,

Pardonne-moi je n’ai pu t’écrire avant. Les mots me manquaient. Les dernières semaines ont été particulièrement éprouvantes, surtout depuis l’assaut du 20 février. Tu aurais dû voir ça, Marie. Je n’ai jamais vu autant de valeur être balayée si vite de la main. Tu dois déjà le savoir, mais nous avons perdu Tommy et Kenan…

Depuis, je ne cesse de penser que ç’aurait pu être moi. Dieu miséricordieux… Mais qu’avons-nous fait pour mériter une telle boucherie ? Le révérend Pontbriand nous dit de ne pas nous inquiéter et de placer notre foi en Lui, mais je vois bien que le pauvre homme est aussi désemparé que nous.

Le colonel Saunier dit que la prochaine offensive sera la bonne. Une opération d’envergure baptisée « Source », ou quelque chose du genre. Ici, on nous en dit pas plus, quoique tout indique qu’elle soit prévue pour la fin mars. De la belle foutaise, si tu veux mon avis… Ces satanés Schleus sont trop coriaces pour s’écrouler en un assaut. Presque aussi tenaces que nous, c’est dire ! Beaucoup hommes devront encore mourir pour qu’on en ait le cœur net. Et tout ça pour quoi ? Cette situation est totalement absurde, quand tu y penses. Parlerions-nous la même langue que nous nous comprendrions peut-être ? Une véritable tragédie…

Excuse mon cynisme, ma douce Marie. Deux mois de guerre auront fini par transformer l’adolescent jovial que tu connaissais en un homme désillusionné. Alors, ne fais pas attention.

Sinon toi, comment vas-tu ?

Dans tous les cas, j’espère que ta mère reprend du mieux et que Jean ne t’embête pas trop à la ferme. Je ne sais pas pour toi, mais j’ai l’impression que ma vie auprès de vous remonte à une décennie. Plus que jamais j’aurais besoin de la chaleur de ton sourire.

En attendant, porte-toi bien.

Ton Raphaël