Ma bibliothèque (pour vrai, cette fois)

Par Léon Isabelle

Plus court que le travail sur les sources primaires, celui sur l’historiographie n’en est pas moins ardu. Il y a quelques semaines, en changeant l’angle d’approche de mon mémoire, une bonne partie de ce que j’avais premièrement ciblé comme étant des sources secondaires a basculé du côté des sources primaires. J’ai donc commencé par redéfinir mes références historiographiques, chose qui aurait dû déjà être faite il y a longtemps.

Une des difficultés auxquelles je suis confronté pour ce second travail est l’abondance de documentation sur mon sujet. Les études sur Columbine ne manquent pas. Il me faut donc effectuer un tri par pertinence tout en m’assurant que les différents types d’ouvrage soient représentés dans ma bibliographie : ouvrages sociologiques, criminologiques, travaux sur Columbine, sur les fusillades dans les écoles, sur la violence en milieu scolaire, etc. Même si j’ai déjà une idée des principaux éléments qui constitueront la bibliographie de ce travail, il me reste encore à établir des critères précis de sélection.

J’ai choisi de cibler les sources primaires qui profiteront de la tuerie pour donner des leçons concernant les thèmes suivants : le contrôle des armes; l’intimidation et la violence à l’école; la méfiance que l’on devrait avoir envers les gothiques et autres marginaux; la musique, les jeux vidéo, la télévision et le cinéma; le dérapage médiatique et le laxisme des parents. Mes sources secondaires devront donc s’intéresser au discours des donneurs de leçons sur l’un ou l’autre de ces aspects.

Côté trouvailles, j’ai tout de même fait quelques bons coups. Tout récemment, j’ai déniché un mémoire de maîtrise en sociologie qui invite à une incursion dans l’économie morale de l’enfance – soit la production, la circulation et l’utilisation des normes, rôles, valeurs et sentiments relatifs aux enfants. Bien que l’étude soit concentrée sur le Québec, elle aborde, entre autres, l’intimidation en milieu scolaire et cherche à comprendre comment cette dernière s’est transformée en une « explication » des comportements violents. Sa bibliographie pourra certainement me donner des pistes sociologiques concernant l’éducation.