Tentative de circumnavigation

Lors du premier billet, j’avais mentionné que le premier travail consistait à aller plus ultra dans le voyage qu’est la maîtrise. A trop pousser vers l’Ouest, on finit par revenir à notre point de départ (parfois avec son équipage décimé par le scorbut). Mais ce deuxième travail, celui sur les sources pour ma part, est le moyen d’achever la circumnavigation de mon sujet et ce après avoir enduré les flots tumultueux où résident les dragons de l’historiographie.

Les sources que je compte utiliser ne sont pas des terrae incognitae. Elles ont été déjà bien cartographiées par les générations d’explorateurs qui m’ont précédé. Je ne suis donc pas le Christophe Colomb du Polybe ou le James Cook du Strabon. La difficulté qui est aussi une opportunité réside dans le fait qu’il faut comparer les expéditions déjà menées sur ces sources pour en tirer le meilleur trajet pour accomplir mon tour du monde. Malheureusement pour moi, mon navire s’apparente plus à une liburne qu’à une fière caravelle. Pour améliorer mon frêle esquif, je dois essayer de communiquer avec les peuples qui habitent ces sources mais leurs langages sont des plus étranges. Les interprètes, qui m’ont précédé, ont essayé de traduire leurs dires mais parfois de manière approximative. Je dois, à partir des traductions qu’ils ont déjà effectué, essayer d’établir ma propre version de ce que racontent ces peuples pour éviter le plus de dangers durant mon odyssée.

 Une fois mon itinéraire établi, grâce aux indications des peuples de ces sources, je serai à même de lever l’ancre pour finir mon aventure.