Ça va ben aller

Par Léon Isabelle

En tout cas, on l’espère. Les mois à venir seront propices à la lecture et à l’écriture. Il faudra en tirer profit. J’ai eu l’occasion de dévaliser la bibliothèque avant le confinement et j’ai également pu dénicher plusieurs ouvrages en format électronique. Ainsi, pendant l’été, il me sera possible d’aborder en profondeur les livres, articles et thèses déjà sélectionnés ou empruntés et de déterminer avec plus de précision les ouvrages qui feront partie de mon historiographie et de mes sources. Plus précisément, il me faudra établir les facteurs qui font en sorte de départager les études. Pour l’instant, je crois que mes sources primaires devront essentiellement se composer des livres portant sur Columbine, tandis que les ouvrages scientifiques sur la sociologie de la déviance, la violence à l’école, la culture populaire, le rôle des parents, celui de la religion et l’accès aux armes constitueront mes sources secondaires. Si tout se passe comme prévu, ces lectures me permettront d’atteindre mon objectif de cet été : être en mesure d’esquisser un plan, au moins pour la rentrée 2020. Mais avant cela, il me faudrait aussi entrer en contact avec un professeur du département de sociologie et lui proposer de codiriger mon projet. 

Au courant de la session, j’ai pu préciser mon sujet et ma problématique. Je constate qu’à l’automne dernier, je n’avais qu’une vague idée de ce sur quoi allait porter mon mémoire. J’étais très ouvert au changement et indécis quant à l’orientation de mon projet. Les seules certitudes se limitaient à quelques thèmes centraux liés à mes intérêts personnels : États-Unis, violence, histoire contemporaine, sociologie de la déviance. Aujourd’hui, je crois que malgré les tergiversations, j’ai su rester fidèle à mes intérêts de départ. Ceux-ci se sont enfin précisés : la violence s’est ainsi clarifiée autour d’une tuerie de masse particulière; ma période temporelle s’est ancrée dans la fin du XXesiècle et dans le XXIe; et la dimension sociologique s’est concrétisée autour des concepts d’entrepreneur de morale et de panique morale. Je suis très satisfait de l’évolution de mon sujet et du chemin de ma réflexion qui m’a finalement (r)amené vers Columbine. Cela a ensuite facilité la mise en place d’une problématique, sachant que mon sujet ne connaîtrait plus de modifications majeures. 

Ma scolarité est terminée et j’ai l’impression qu’il me reste encore énormément de travail à accomplir avant de pouvoir penser débuter la rédaction. Le plus difficile reste à venir. La pire chose à faire serait de sous-estimer l’ampleur de la tâche, mais il est impératif de demeurer motivé. Il serait facile de regarder en arrière et de constater que les progrès effectués sont bien modestes, mais au moins, mon choix s’est (enfin) arrêté sur un projet qui me plaît. En fait, je crois que mon meilleur allié pour garder le moral est mon sujet lui-même. J’ai hâte d’être là-dedans jusqu’au cou !