Billet d’au revoir

Par Thomas Nadeau-Mercier

Dernier billet d’une longue série qui s’est étirée tout au long de l’année. La première séance du cours est déjà loin dans mes souvenirs, mais le temps a filé si vite. Les apprentissages furent nombreux au cours des derniers mois, depuis mes recherches initiales dans les archives à la session d’automne, jusqu’aux travaux dans les sources et la littérature que nous avons ensuite réalisés. Beaucoup de travail m’attend toujours, mais un bilan des réalisations de l’année s’impose.

Ma recherche s’est d’abord précisée sur le plan des sources. Mon entreprise de débroussaillage l’automne passé fut tout autant stimulante que nécessaire en me permettant de délimiter l’univers des possibles en matière de documentation. Les nombreuses déceptions rencontrées, et que je vous ai rapportées fréquemment lors de nos rencontres, ont finalement laissé place aux découvertes. Je dispose actuellement d’un ensemble de documents tout à fait pertinents et à partir desquels je me sens en mesure de répondre à mes questions. Toutefois, le travail que j’ai subséquemment réalisé sur mon corpus fut lacunaire et beaucoup d’efforts seront à donner dans les prochains temps pour justifier l’utilisation de ces sources et les arrimer à ma problématique.

Cette dernière s’avère au contraire bien plus satisfaisante. C’est à mes yeux l’une de mes réalisations les plus importantes, et à la fois l’une des moins surprenantes en considérant tout le temps que j’y ai accordé. Au terme de cette année, je ne sais pas combien de feuilles de papier j’ai utilisé pour y mettre mes idées et tenter de les organiser de manière cohérente en une problématique. J’apprécie normalement ces moments de réflexion, mais la taille de ce casse-tête exigea de moi beaucoup plus de temps et d’efforts que j’aurais pu imaginer. Après quelques moments d’angoisse et de découragement, je suis maintenant bien détendu, confiant, et surtout enthousiaste de mener à terme cette enquête.  

Au risque d’être quétaine, c’est probablement l’un de mes apprentissages essentiels de cette première année de recherche : réaliser que je suis capable de mener à terme ce projet. Je vous transmets donc mon support camarades, je vous crois tous largement en mesure de produire des mémoires de qualité! Plus encore dans le contexte de la pandémie, j’ai traversé à nouveau, pour la énième fois, des moments de remise en question de mes études en histoires. Produire un bilan historiographique ou réfléchir au concept d’agentivité perd un peu de son sens quand l’économie mondiale s’arrête, l’approvisionnement en papier de toilette est compromis, et quand nos anciens meurent dans les CHSLD. Je me suis dit, comme probablement beaucoup de gens : « j’aurais dû aller en soins infirmiers ». J’ai retrouvé mon sang froid, et plus encore de l’enthousiasme en me disant que nous serons sans doute amenés à jouer un rôle important dans ce monde qui change.

D’ici là je vais me concentrer sur ma maîtrise : corriger les travaux que nous avons réalisé, en discuter avec ma directrice, puis dépouiller mes sources. Je vous souhaite tous un bel été et une bonne continuation!