Toute bonne chose à une fin

Par Raphaël Lévesque

Notre première année à la maîtrise touche à sa fin. Il est temps de faire nos adieux à nos compagnons d’armes et à notre valeureux lieutenant, M. Saunier. C’est aussi le moment pour notre division de quitter notre fameux QG, la salle 5317, et de dire au revoir aux délicieuses petites collations du jeudi matin.

Dans mon premier billet, j’avais annoncé vouloir travailler sur le personnage de Winston Churchill. Il se trouve qu’à peine quelques mois plus tard, j’ai dû abandonner le vieux lion au profit de deux militaires, dont je connaissais très peu le parcours de vie. Ce changement soudain, bien que douloureux, a été pour le mieux, puisque mon projet actuel me stimule davantage que ce que j’avais d’abord envisagé. Ma décision de travailler avec les images, qui s’est consolidée lorsque j’ai développé ma méthodologie, a d’ailleurs fait grandir mon intérêt pour ce sujet. De plus, mes lectures m’ont donné l’occasion d’en apprendre beaucoup plus sur les personnalités de Douglas MacArthur et de Dwight D. Eisenhower. Cela m’a permis de préciser progressivement ma problématique, même si je sais qu’il me reste à l’approfondir.

Au fil de mes lectures, j’ai également élargi mon projet à de nouvelles perspectives, dont la « masculinité » des traits. Ainsi, je crois qu’il serait intéressant d’observer les traits de mes deux généraux dans leurs représentations pour ensuite les mettre en relation avec ceux attribués à l’époque à l’homme militaire, apothéose de la masculinité. Je compte notamment m’attaquer cet été à l’ouvrage de Christina S. Jarvis, The Male Body at War : American Masculinity During World War II pour pousser plus loin mes réflexions. Une autre piste que je souhaite creuser repose sur ma découverte récente de liens entre Henry Luce, propriétaire du Time Magazine, et mes deux généraux. Celle-ci est particulièrement intéressante pour mon projet, auquel elle donne une dimension plus concrète. En effet, elle contribue entre autres à justifier mon choix de me pencher spécifiquement sur le Time, plutôt que sur un ensemble de périodiques.

Les prochains mois à venir risquent de m’offrir un peu plus de temps pour dépouiller mon corpus et faire quelques lectures. Je planifie notamment de procéder au dépouillement des numéros du Time publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, période cruciale pour mes personnages. J’ignore s’il s’agit d’un objectif réalisable en vue de l’été, puisque je dois, comme plusieurs, concilier travail et étude. En parallèle, j’envisage aussi de peaufiner ma méthode d’analyse de texte afin de la rendre plus efficace. Je dois dire qu’ironiquement — considérant mes craintes initiales quant aux images — c’est plutôt l’analyse de texte qui m’a posé quelques défis.

Cela dit, heureusement pour moi, la situation actuelle ne change pas mes plans pour la saison estivale, puisque je peux continuer de consulter mes sources en ligne dans le confort de mon salon. Il me reste toutefois, comme le dirait Émmy, beaucoup de pain sur la planche avant l’arrivée de l’automne !