Un dernier billet pour la route

Nous y voici! La fin de session approche et nous sommes sur le point de dire au revoir au « Projet de mémoire ». Pourtant, le 29 avril me semblait si loin lorsque M. Saunier a présenté le plan de cours. Depuis cette première semaine, j’ai pu apprécier l’évolution de tous les travaux de mes collègues. Mon propre projet a également évolué drastiquement. Au départ, je savais que je m’intéressais aux cinémas de la ville de Lévis et que je voulais travailler avec les journaux locaux. Le reste devait être précisé. Effectivement, j’ignorais encore avec quels journaux j’allais utiliser. J’ignorais également comment j’allais analyser ces sources pour déterminer la relation entre les cinémas et la population. Au cours des deux dernières sessions, j’ai donc pris le temps d’explorer les journaux locaux de Lévis et constater lesquels contenaient des informations sur les salles de cinéma. J’ai aussi établi une grille de mots-clés qui me permettrait de rassembler les articles selon leurs acteurs, les lieux, les thèmes et les rapports sociaux présents.

Ensuite, ce cours d’un an m’a poussé à lire davantage. En effet, au cours de ma première session à l’hiver 2019, j’avais lu beaucoup sur les cinémas, leur architecture et leur design. Cependant, l’histoire sociale du cinéma, l’histoire de Lévis, l’histoire des loisirs étaient encore à explorer. Lors de l’écriture du travail « Ma bibliographie », j’ai donc pu explorer ces champs historiographiques que j’avais délaissés. Après ces nombreuses lectures, j’ai réalisé que c’était le processus d’acception sociale des cinémas qui m’intéressait. Comment ces établissements sont passés d’un statut marginal pour une majorité de la population pour finalement être accepté de tous 40 ans plus tard? Pourquoi le clergé lévisien, les politiciens s’opposaient à ces institutions culturelles?

Cependant, la route n’est pas encore terminée. Au cours des prochaines semaines, j’aimerais utiliser les nombreuses leçons apprises dans ce cours pour perfectionner ma méthodologie. En effet, bien que j’aie établi une grille de mots-clés, ma technique de dépouillement possède tout de même quelques faiblesses. Par exemple, la division par acteurs doit être subdivisée entre les auteurs des articles, les destinataires, ainsi que les sujets concernés à l’intérieur du texte. De plus, je dois encore construire cette base de données et passer par-dessus ma répulsion envers l’informatique. Finalement, je veux utiliser les prochaines semaines pour annoter mes sources secondaires dans ma base Zotero afin de posséder une bibliothèque solide et complète à porter de main.

Pour la consultation de mes sources primaires, mes plans ont radicalement changé au cours des dernières semaines. Effectivement, j’avais l’intention d’utiliser l’été afin de parcourir les bibliothèques de Lévis pour consulter les journaux locaux qui ne sont pas disponibles en ligne. Cependant, étant donné le confinement, j’ai décidé de remettre cette tâche à plus tard. Je me concentrerai plutôt sur les sources disponibles en ligne (Le Soleil) et celles que j’avais déjà reproduites (Le Patronage de Lévis). Bref, le cours Projet de mémoire a été essentiel à la construction de mon projet, en me donnant des outils, mais également à me forçant à pousser ma réflexion. Sans ce cours, je ne serais pas aussi avancé aujourd’hui et je ne serais pas aussi confiant pour l’avenir.