Journal de bord

Mardi 29 Avril 2020

Voilà déjà des mois que nous avons suivi le Capitaine Saunier dans sa folle expédition. Après avoir quitté Marseille, bravé moult tempêtes, essuyé maints ouragans, pleuré quelques camarades tombés à la mer, les orages s’éloignent, l’océan est redevenu plus calme. Pourtant notre objectif n’est toujours pas en vue. Le Capitaine reste confiant et assure que nous y arriverons. J’espère qu’il a raison.

Le moral de l’équipage a l’air de s’améliorer même si nous avons à l’esprit la peur du scorbut. J’ai longtemps eu peur pour la santé mentale de notre gabier Patrick qui essayait d’invoquer des démons. Notre maître coq Emmy a pu préparer l’une des recettes dont elle a le secret. L’Ancien, ce vieux loup de mer, recommence à nous parler de ses enfants Coquet et Cayet. Un briscard, paradoxalement appelé le Jeune, qui nous parle souvent de ses anciens camarades militaires, s’est remis de sa blessure grâce à notre chirurgien Léon qui m’a avoué que son don pour la médecine venait d’une ancienne vie de tueur en série. Les quartiers-maîtres Thomas et Camille, qui n’en sont pas à leur première aventure, essayent de nous rassurer tous les jours. Le Second Belzile continue de plaider notre cause auprès du Capitaine ; il nous a sorti de plusieurs mauvais pas.

Que de chemin parcouru. Le navire, Mémoire, tient le coup mais j’ai le sentiment qu’une longue route nous attend encore. En tant que charpentier, je dois le maintenir à flot. Il a beaucoup changé depuis notre départ. D’un simple navire aux courbes très générales, il est devenu un magnifique vaisseau dont les formes sont affinées, avec une âme plus profonde. C’est un plaisir de manœuvrer sur un tel bâtiment. Je me surprends parfois à me comparer à quelques-uns de ces Grecs qui prirent la mer pour s’installer dans de nouvelles contrées. On dit d’eux qu’ils rendirent aux Romains de nombreux services. De plus en plus souvent, je pense aux Phocéens, peut-être parce que Marseille nous manque à tous. Je me demande comment, à une époque troublée par la guerre, ils ont pu aider Rome, ce qu’ils ont pu lui apporter. J’imagine que cela doit avoir un lien avec la mer puisqu’on dit qu’ils étaient bons navigateurs mais peut-être que voir l’étendue de l’océan tous les jours me joue des tours.

Je crois que je pourrai encore améliorer le Mémoire. J’ai retrouvé dans la cale de vieux manuscrits appartenant aux précédents charpentiers. Ils sont malheureusement écrits en d’anciennes langues mais je pense pouvoir, non sans mal, les déchiffrer. J’ai la certitude que ces sources peuvent m’apporter quelque chose mais pour cela, je dois bien les traduire. Le savoir antique qu’ils contiennent me permettra sans doute de consolider le navire pour nous amener à bon port.

Aujourd’hui, le Capitaine est venu me voir. Il a appris pour les sources. Il m’a demandé quand je comptais les étudier. Je lui ai répondu que je le ferai autant que le permet mon travail maintenant que je les ai à ma disposition. Je pense qu’il croit aussi que ces sources pourraient nous aider dans notre voyage. Il va me falloir plusieurs semaines voire des mois pour être sûr de les avoir bien comprises. En écrivant ses lignes et alors que le sommeil me guette, je les ai encore en tête. J’espère que mes camarades s’endorment avec le même engouement que moi pour que nous accostions tous, sains et saufs, au bout de notre exploration, sur la nouvelle terre que le Capitaine appelle déjà Maîtrise.