Ma dernière recette

Texte écrit par Emmy Bois

« Mais où est donc passée notre cuisinière préférée ? », vous ai-je entendu crier.

Me voici, me voilà : une dernière recette, ce sera !

À vos tabliers, chers apprentis cuisiniers !

Étape 1 : Revisiter les bons coups

Au cours des dernières semaines, j’ai été amené à brosser le paysage historiographique de la pratique des terriers et à mieux préciser ma problématique. Mon travail dans les sources m’a permis de confirmer et affuter mes critères d’analyse, notamment en ce qui a trait aux acteurs de la pratique des terriers, soit les seigneurs et les notaires[1]. La confection du travail « Mes sources » a également fait naître dans mon esprit de nombreuses réflexions sur les lettres de terriers. Je suis venue à la conclusion qu’il m’est primordial d’ajouter, à ma base de données, une section concernant les ordonnances émises par le gouvernement colonial sous le Régime français[2].

Étapes 2 : Souligner les améliorations possibles

Dans un avenir rapproché, je devrai m’informer davantage sur la pratique du notariat au Canada – sujet que j’ai pu traiter lors de mon « mijoté de terriers[3] », mais que j’ai trop peu effleuré encore. Je devrai également approfondir mes connaissances en ce qui a trait à la présence seigneuriale dans la vallée laurentienne et quant au fonctionnement de l’administration coloniale française et britannique[4].

Afin de bien exposer ma méthodologie dans mon mémoire, il m’est essentiel de connaitre de quelles façons M. Rénald Lessard a constitué la base de données qu’il m’a généreusement remise en août dernier. Lors des prochains jours, j’aurai l’occasion de discuter avec lui à ce propos. J’en profiterai également pour l’interroger sur des avenues possibles quant aux terriers hors de la région de Québec. En effet, la délimitation spatiale de mon projet de recherche est encore incertaine, mon travail dans mes sources et mes lectures ayant confirmé la non-représentativité de mon corpus[5]. Jusqu’ici, j’ai identifié des fonds d’archives intéressants situés à la BAnQ de Montréal : or, puisque je ne connais pas encore parfaitement la méthode utilisée lors de la constitution de ma base de données, il est ardu de se prononcer sur la possibilité que des terriers soient découverts dans les archives montréalaises.

Étape 3 : Retrousser ses manches

Cet été, je désirais me rendre dans les centres d’archives afin de consulter certains terriers de mon corpus. Toutefois, selon les consignes gouvernementales, je devrai peut-être me réajuster. Dans le meilleur des mondes, je souhaite m’atteler à l’analyse de mes sources pendant les trois ou quatre prochains mois, et ce, tout en continuant mes lectures et en rédigeant certaines parties de mon mémoire.

Étape 4 : Regarder l’horloge

Le temps passe vite, hein ?

En septembre dernier, je m’imaginais que, sept mois plus tard, je serais prête à sortir mon « chef d’œuvre » du four. Je m’imaginais : moi, armée d’une cuillère de bois et de mon tablier bien taché, et plus aucun doute à l’esprit.

Bon, j’exagère un peu.

Pourtant, quand on y pense, je n’avais pas tout faux : le premier plat de mon repas cinq services est bien fumant.

Et alors que je jette un coup d’œil par-dessus mon épaule, essuyant la farine sur mon front, je réalise que j’ai déjà parcouru un bon bout de chemin.


[1] Voici certains des critères que j’ai ajoutés lors de la réalisation du travail « Mes sources » : « origine sociale du seigneur », « résidence du seigneur sur la seigneurie » ou, dans le cas des notaires, « autres seigneuries où il a été appelé à confectionner un terrier ». En outre, afin de consigner plus d’informations biographiques sur ces deux acteurs, j’ai entrepris la création d’un dossier connexe à ma base de données.

[2] En effet, sous le Régime français, l’autorisation de confection d’un terrier était émise sous forme d’ordonnance, ce qui explique pourquoi si peu de lettres de terriers ont été délivrées avant la fin du XVIIIe siècle dans la vallée laurentienne.

[3] Nom que j’avais donné à mon travail « Ma bibliothèque » lors du dernier billet.

[4] L’ordonnance ou la lettre de terrier étant délivrée par ces administrations.

[5] Par exemple, déjà en 1725, il y avait 60 seigneuries de concédées dans le gouvernement de Montréal pour 75 seigneuries dans le gouvernement de Québec. Selon mon résultat d’échantillonnage (1723-1823), les terriers de mon corpus des seigneuries du gouvernement de Montréal représentent 14.29%, alors que ceux de Québec 70.49%.