Lentement mais sûrement

Après un an à étudier un manuscrit de magie rituelle du XVIe siècle, je peux enfin dire que j’ai une compréhension vague et approximative d’un douzième de son contenu!  Ce n’est presque rien et c’est vastement en-dessous de mes objectifs de départ, mais peu importe. Cette part minuscule du texte, grâce à l’effort déployé pour la comprendre, a constitué un échantillon suffisant pour préciser mon projet et les orientations de ma recherche. Ma traduction de la table des matières et de quelques règles fondamentales de nécromancie  me permet de croire, avec plus de certitude que je n’en avais au départ, que ma source me permettra d’explorer ma problématique.

Je peux donc contempler l’avenir avec plus de confiance et planifier précisément les prochaines étapes de ma recherche. Puisque je me suis concentré sur mes sources depuis le début de ma maîtrise, j’ai beaucoup de lecture devant moi. En plus de lire de nombreux travaux importants sur mon domaine spécifique, j’ai l’intention d’approfondir ma compréhension de la mentalité spirituelle du Moyen Âge et du contexte intellectuel dans lequel la magie évolue. J’ai aussi l’intention de continuer à travailler sur l’alchimie, autant par intérêt que pour la perspective qu’elle me donne sur mon propre sujet.

En plus de ces lectures, qui enrichissent ma vision de ma problématique sur la transmission du savoir, je vais préciser ma problématique à mesure que je travaille sur ma transcription dans les prochains mois. Je garde l’oeil ouvert pour tout élément qui me permettrait de poser de nouvelles questions intéressantes à mon manuscrit ou au réseau de textes dans lequel il s’insère. Je dois d’ailleurs toujours combler ma principale lacune méthodologique: mes compétences de codicologue. Les commentaires de mon directeur m’ont fait réalisé que je manque de connaissances et de vocabulaire pour décrire et analyser correctement la codicologie de mon manuscrit, ce qui sera indispensable au développement de ma problématique.

Bien entendu, malgré l’importance de ce programme de recherche et de lecture, le coeur de ma progression reste mon travail sur mon manuscrit. Je prévois donc faire une première transcription complète de mon texte, que je pourrai raffiner et comprendre en continuant de travailler dessus. Je prévois faire toute ma transcription cet été, ou au plus tard au début de l’automne. Je prévois aussi, en parallèle, commencer l’étude codicologique du manuscrit. Je prendrai d’ailleurs bientôt contact avec Frank Klaassen pour parler du Thesaurus spirituum et, surtout, des manuscrits sur lesquels je travaille. Il a beaucoup travaillé sur les manuscrits de magie anglais et pourra sans doute m’aider à orienter ma recherche codicologique.

Ma trajectoire n’a pas beaucoup changé depuis le début de ma maîtrise. Au contraire, voir l’année de progrès qui est maintenant derrière moi me permet de continuer sur la même lancée avec plus de certitude et d’enthousiasme.