Quelques questions pour la « bonne » ménagère québécoise

Par Camille G. Jobin

Caricature parue dans L’Agenda des femmes 1989, “Du miroir aux alouettes des qualités féminines”, Remue-Ménage.

Lorsque j’ai commencé à réfléchir à un sujet qui pourrait alimenter un mémoire de maîtrise, je souhaitais toucher à la féminité et au Québec urbain du XXe siècle. Et qu’y a-t-il de plus féminin que le travail ménager! Au début, je voulais me pencher sur cet archétype de la parfaite ménagère des années 1950-1960. Mon attention s’est rapidement redirigée vers le travail qui s’effectue dans l’ombre, par des femmes qui, se chargeant des menus travaux domestiques, ne répondent pourtant pas aux critères de la parfaire ménagère puisqu’elles travaillent dans le foyer d’une autre. C’est de cette façon que j’en suis venue à m’intéresser à la question du travail domestique. Plus précisément, à ces femmes qui se voient déléguer une part du « sale boulot » par d’autres femmes. Et bien qu’elles constituent toujours une part importante du de la main-d’œuvre féminine québécoise, nous en savons très peu sur elles et leurs employeuses. Par conséquent, réaliser un mémoire proposant une analyse intersectionnelle du travail domestique québécois entre 1950 et 2000 me semble un projet extrêmement motivant.

Contrairement à ce que l’on peut penser, l’embauche de domestiques n’est pas une pratique qui disparaît progressivement au cours du XXe siècle. Il est vrai que la période englobe des changements majeurs qui viennent modifier le service domestique rémunéré, mais il reste bien présent. En effet, les transformations de l’emploi féminin (généralisation, précarisation, développement du secteur des services, scolarisation prolongée, etc.), la mise ne place de structures privées et publiques « dé-familiarisant » les tâches dites féminines et l’implantation de programmes d’immigration encourageant l’insertion de femmes migrantes dans les secteurs d’emplois non qualifiés, tels que le service domestique (1947[1] et 1981[2]), viennent modifier ce travail. Il apparaît alors que les pratiques du service domestique se diversifient tout en investissant de nouveaux espaces sociaux qui s’ajoutent aux anciens réseaux familiaux et communautaires ainsi qu’aux pratiques informelles antérieures des « bonnes », « femmes de ménage » et « aides domestiques ».

Caricature parue dans L’Agenda des femmes 1989, “Du miroir aux alouettes des qualités féminines”, Remue-Ménage.

Ces constatations relèvent toute une série de questionnements. De quelle manière ces transformations influencent-elles les pratiques du service domestique? Quel était le type de travailleuse recherché par les employeuses(rs) québécoises(s)? Recherchait-on des femmes jeunes ou plus « mûres »? Dans quels types de ménage étaient-elles embauchées? Quelles étaient les tâches qu’on leur demandait d’exécuter? À quoi ressemblaient leurs conditions de travail? Le modèle de la travailleuse domestique résidente était-il encore répandu? Est-ce bien vu d’embaucher une « bonne » lorsque la femme quitte le domicile pour le marché du travail? Le salaire est habituellement payé par lequel des conjoints? Bien que mes questions soient nombreuses, il est possible de les regrouper sous un sujet plus précis, la demande.  

C’est la demande qui est centrale à ma réflexion. Conséquemment, mon mémoire tentera d’analyser la demande québécoise en matière de service domestique pour la seconde moitié du XXe siècle. Afin de trouver des réponses, il sera nécessaire d’éplucher des sources qui proviennent des employeuses(rs). Pour cette raison, l’analyse d’offres d’emplois parues dans les quotidiens me semble tout indiquée. En effet, ces petites annonces regorgent d’information concernant la pratique du service domestique et me permettront de répondre à plusieurs questionnements. Les autres informations pourront être dénichées à la lecture d’articles traitant du travail domestique parus dans les journaux et revues de la période.

De plus, afin d’appréhender la complexité des identités et des inégalités sociales en cause, il me semble incontournable d’utiliser une approche intersectionnelle. Il avait été démontré que la pratique du service domestique ne concerne pas uniquement la division sexuelle du travail, mais également un rapport de force entre employée de ménage et maîtresse de maison, et même entre les différents types d’emploi domestique. Cela laisse alors transparaître une hiérarchisation entre femmes basée sur la classe, l’origine, l’âge et les « compétences » qu’il sera impératif de prendre en compte.

Finalement, ce que je cherche à accomplir avec cette recherche c’est de remettre en lumière une face cachée de l’émancipation des femmes québécoises et de faire sortir de l’ombre ces autres femmes, qui par leur travail peu valorisé, ont permis cette émancipation. Démontrer que le travail domestique est toujours courant et même nécessaire permettrait de le valoriser davantage. En abordant la question du point de vue de la demande, cela permet de constater que bien que le travail domestique constitue un secteur d’emploi peu valorisé, mal payé et même caché, il est considéré comme essentiel par plusieurs ménages québécois.


[1] En 1947, le Canada émet une nouvelle loi sur l’immigration (Loi sur la citoyenneté canadienne) et met en place le « Group mouvement plan » qui sélectionne des réfugiés Européens en fonction leur apport potentiel à l’économie. Entre 1947 et 1950, 10 499 réfugiées sont admises au Canada à condition de travailler pendant un an comme employées domestiques.

[2]À partir de 1973, le gouvernement canadien met en place un programme d’autorisation d’emploi temporaire afin d’attirer des travailleuses domestiques. Entre 1981 et 1992, le programme pour les employées de maison étrangères (PEME), attire environ 70 000 employées domestiques. Ces femmes devaient résider chez leur employeur pendant une période de deux ans, après quoi elles pouvaient effectuer une demande de visa permanent.