Les cinémas de Lévis? Pourquoi? – Marc-Antoine Belzile

Le début de mon parcours

Pourquoi ai-je décidé d’entreprendre ce projet? Pour m’en souvenir, je dois retourner à l’été 2018 : il me reste une session au baccalauréat et je désire continuer mes études afin d’entreprendre une démarche historique de longue haleine. Dès le départ je voulais travailler sur le cinéma au Québec, mais j’ignorais ce qui m’intéressait à l’intérieur de ce sujet. Pour m’éclairer, j’ai consulté plusieurs ouvrages historiques portant sur le cinéma au Québec et à l’international. J’ai rapidement constaté que les spectateurs étaient absents de l’historiographie québécoise.

Au cours de ce même été, je travaillais à l’intérieur d’un organisme culturel situé à Saint-Nicolas. Ma tâche consistait à dévoiler différents pans de l’histoire de la ville de Lévis aux visiteurs. Plusieurs ouvrages historiques sur la municipalité étaient à ma disposition et aucun d’entre eux ne couvrait l’histoire du cinéma dans la société lévisienne, comme si ce loisir ne s’était jamais rendu à la rive sud de Québec. En continuant mes recherches, le résultat fut le même : aucun livre, aucun article ne portaient sur le loisir cinématographique à Lévis. D’un seul coup, je voyais un terrain de jeux inexploré où je pourrais me poser pendant les deux prochaines années.

Après quelques recherches, j’ai identifié quatre cinémas inaugurés entre 1920 et 1960 et j’ai décidé que ces lieux deviendraient le cœur de mon mémoire. Mais j’ignorais encore l’intérêt d’étudier ces salles ? Après quelques lectures, j’ai découvert un intérêt envers les spectateurs au cinéma, le « movie-going », le cinéma comme média de masse, l’architecture des cinémas, les liens sociaux qui unit les spectateurs, etc. Mon objectif pour les deux prochaines années est d’offrir aux citoyens de la ville de Lévis ainsi qu’à la grande communauté intellectuelle un portrait social du loisir cinématographique à Lévis entre 1920 et 1960 en démontrant comment la population de l’époque a intégré les salles de cinéma à leur quotidien. Pour y arriver, j’utiliserai entre autres les différents thèmes et concepts énumérés plutôt dans ce paragraphe.

La salle de cinéma : un lieu de réunion

Mon entourage m’a demandé comment j’accomplirais mon mémoire sans analyser les films de l’époque. Pour confirmer le potentiel de ce projet, je me suis penché sur le lien qui unissait les spectateurs et leur salle de cinéma. Lors de mon premier séminaire à l’hiver 2019, j’ai étudié l’influence américaine sur le design des salles canadiennes. Ce travail de séminaire a confirmé mon hypothèse de départ : entre 1900 et 1940, les spectateurs se souciaient peu des vues animées qu’ils allaient voir. Ils se dirigeaient avant tout à leur salle préférée pour retrouver une ambiance particulière. Le décor du cinéma influençait fortement l’expérience cinématographique. Je tenterai donc d’appliquer ce constat aux salles lévisiennes. Est-ce que les salles de Lévis possédaient un design particulier ? Est-ce que la population de Lévis consommait les films en fonction des salles ? Pour y arriver, je cherche activement des photographies des salles de l’époque.

Les spectateurs

Après quelques incursions dans les archives privées de la ville de Lévis, aucun document me permet d’établir un portait des spectateurs des salles de cinéma. Pour remédier à cette absence, je me suis donc tourné vers les périodiques de l’époque afin d’y trouver des articles concernant toutes activités en lien avec les cinémas. En explorant ces sources, je veux comprendre qui allait au cinéma, à quelle classe sociale appartenait la foule, à quelle fréquence les spectateurs allaient au cinéma. Plusieurs articles me permettent également d’identifier les habitants qui n’allaient pas au cinéma. Le clergé, la ligue catholique féminine, certains journalistes et politiciens s’opposaient à l’installation de ces lieux de « pervertissement des mœurs ». Je travaille également en collaboration avec des archivistes afin de trouver des journaux de bord, de la correspondance, des témoignages qui portent sur le cinéma.

Mon choix géographique

Depuis l’hiver dernier, j’ai entendu à de nombreuses reprises : « Lévis? Pourquoi pas Québec ou une autre grande ville? » Ou certains voient un choix incongru, j’y vois une occasion de me démarquer. Lors de mes premières lectures, j’ai consulté des ouvrages qui analysaient l’impact du cinéma sur une ville afin de comprendre leur méthodologie. La plupart de ces ouvrages se concentraient sur une communauté urbaine comme Montréal, Toronto, Chicago, etc. Certains auteurs affirment même que le cinéma de la première moitié du XXe siècle est un phénomène urbain. Pourtant, quatre cinémas officiels ouvrent leurs portent à Lévis durant cette période. Ainsi, mon choix géographique m’apparaît comme une occasion de faire une contribution notable à l’histoire culturelle de Lévis, mais également de l’histoire du cinéma dans un milieu rural. De plus, Lévis est souvent étudié en fonction de sa proximité avec la ville de Québec. Il est donc intéressant d’analyser comment la population lévisienne a organisé ses loisirs cinématographiques proche d’un centre urbain de plus en plus accessible avec le développement des moyens de transport.