Une cuillère à table de passion, une cuillère à thé d’espoir, et un bol rempli de questions : voici mon projet de mémoire

Texte écrit par Emmy Bois

J’irai droit au but : lorsque je me suis inscrite au baccalauréat en histoire, je savais déjà qu’au terme de ces trois années d’étude, je désirais entreprendre maîtrise. À ce moment-là, je voyais mon avenir immédiat comme étant tracé d’avance : je voulais faire une maîtrise en histoire militaire, et plus spécifiquement sur la dimension coloniale nord-américaine de la guerre de Sept Ans. Pas une seule seconde, j’aurais cru que, trois ans plus tard, j’opterais plutôt pour l’histoire seigneuriale et – encore moins – que je déciderais de me pencher sur une pratique administrative. Pourtant, ces dernières années, j’ai développé un véritable intérêt, voire une fascination, pour le régime seigneurial, ce mode institutionnel de distribution et d’occupation des terres, instauré dès les débuts de la colonie française en 1627, aboli en 1854, et aujourd’hui objet de patrimoine, toujours bien présent dans l’imaginaire populaire des Québécois et des Québécoises.

Or, il serait faux de dire que mon projet de recherche est simplement né de mon enthousiasme et de ma curiosité pour le régime seigneurial. Mon directeur de recherche y a joué un grand rôle en me proposant, selon mes intérêts et affinités de recherche, de travailler sur les papiers terriers laurentiens, documents dont je n’avais jamais – au grand jamais – entendu parler auparavant.

Un papier terrier, qu’est-ce que ça mange en hiver?

Outil de gestion se distinguant par son mode d’élaboration et son caractère juridique et légal, le papier terrier « […] rassemble les déclarations et reconnaissances des censitaires relatives à leurs possessions foncières dans un fief et aux charges et redevances envers le seigneur » (Laberge, 1991, p. 569). Ce document est particulièrement éclairant quant aux rapports seigneur-censitaires, notamment puisqu’il fixe les termes du contrat entre les deux parties et qu’il constitue un instrument de contrôle permettant aux seigneurs de s’assurer que les redevances et les droits seigneuriaux ont bien été acquittés.

Si la curiosité que j’éprouve face au régime seigneurial est basée sur son mode de fonctionnement, sa longévité et ses persistances contemporaines, l’étude des rapports entre les différents acteurs sociaux au sein des seigneuries, et plus spécifiquement l’étude des rapports seigneur-censitaires, est une dimension centrale de mon intérêt pour l’histoire seigneuriale. En ce sens, je pourrai, dans le cadre de ma recherche, examiner si la confection des papiers terriers a entrainé des résistances au sein des seigneuries. Cela pourra être vérifié en regard à l’intensité de l’imposition plus ou moins systématique de titres nouvels, équivalents à une reconnaissance de dettes des censitaires envers le seigneur.

Des sources restées dans l’ombre…

La recherche que je mènerai, au cours des deux (ou trois) prochaines années, vise principalement à combler un vide historiographique : aucune étude ne s’est véritablement penchée sur le rythme de confection des papiers terriers dans la vallée laurentienne, et très peu nombreux sont les historiens qui les ont utilisés comme pièce maîtresse de leur argumentation. En effet, dans un ouvrage collectif publié en 2016, André LaRose souligne, comme certains chercheurs avant lui, l’importance d’étudier les informations apportées par les papiers terriers. Il écrit que, « […] sauf pour le cas de la Rivière-Ouelle en 1771, il n’existe pas encore d’analyse approfondie des terriers de seigneuries ni de leurs éléments constitutifs» (Grenier et Morissette, dir., 2016, p. 120).

Extrait du papier terrier de 1677 adressé à Louis Bélanger

BANQ, « Extrait du papier terrier de 1677 adressé à Louis Bélanger», 5 juillet 1700, P48 P6, Fonds Seigneurie de Bonsecours, p. 1, http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/3221893 (Page consultée le 1er octobre 2019).

… pourrai-je y apporter un peu de lumière?

Grâce à l’examen des contextes et des caractéristiques formelles d’un corpus des papiers terriers produits entre le début du XVIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, j’entends étudier la mise en place et le rythme de constitution de cette pratique administrative seigneuriale. Il ne s’agit pas de se livrer à l’exploitation approfondie des données foncières et socioéconomiques contenues dans les multiples déclarations des censitaires; bien que viable, ce projet devrait être limité à un seul terrier. J’examinerai plutôt les similitudes et les différences à travers l’ensemble des papiers terriers connus et je tenterai d’établir une temporalité quant à l’établissement de cette pratique. Au terme de ma recherche, j’aimerais pouvoir offrir à la communauté historienne un regard plus globalisant sur l’évolution d’une pratique de gestion seigneuriale au sein de l’espace rural laurentien.

Même si les questions relatives au rythme de confection des papiers terriers et à leurs incidences sur les rapports seigneur-censitaires resteront centrales dans le cadre de ma recherche, je m’intéresserai également aux divergences théoriques et pratiques relatives à la mise en place de cette pratique de gestion dans la vallée du Saint-Laurent, ainsi qu’aux différences régionales induites lors de son implantation sur le territoire. Plusieurs autres questionnements animeront ma recherche. Par exemple, y a-t-il des distinctions qui peuvent être observées quant à la gestion des seigneuries laïques et des seigneuries ecclésiastiques? À quel moment exactement les seigneurs entreprennent-ils la confection de ces papiers terriers? Y avait-il une règle générale? Et puis, quels ont été les impacts directs ou indirects de cette pratique sur l’organisation du territoire?

C’est donc avec de nombreuses questions – et aussi avec beaucoup d’espoir et de passion – que je me lance dans ce projet de maîtrise, souhaitant ardemment mettre en lumière ces sources restées dans l’ombre.