Identifier ses domaines de savoir ou comment éviter de se perdre dans ses lectures

Par Marc-Antoine Belzile

Durant mes premières semaines au deuxième cycle, j’ai eu à identifier un territoire historiographique précis. Bien que cet exercice intellectuel (imposé par ma directrice de maîtrise) m’importunât profondément, il s’est avéré rapidement indispensable. Trop de journées du mois de janvier ont été perdues à me disperser à travers des ouvrages futiles. Pour résoudre ce problème, j’ai donc orienté mes lectures vers quatre thèmes: le cinéma comme média de masse, le cinéma comme un art de modernisation, le rôle du design et de l’architecture des cinémas à l’intérieur de l’expérience cinématographique et l’histoire générale de la ville de Lévis.

Cette organisation thématique m’a permis d’effectuer mes premières recherches bibliographiques et de rédiger mes premières notes. Cependant, cette division atteignit rapidement ses limites. Plusieurs livres concernant l’architecture des cinémas m’étaient inutiles puisqu’ils ne considéraient pas les spectateurs. Certaines études essentielles[1] au développement de ma pensée ne développaient aucun de mes thèmes. J’ai donc identifié les différents domaines de savoir liés à mon sujet et organisé mes lectures en fonction de ceux-ci.

Histoire de la réception au cinéma

L’histoire de la réception au cinéma constitue un domaine essentiel à ma recherche. Ce genre historique analyse la réception des films et leur contenu chez les spectateurs par différentes analyses filmiques[2]. Il s’est développé à la fin des années 1970 grâce à des ouvrages innovateurs[3] qui ont défini le rôle culturel du cinéma chez la population. Pour ma part, ce sont les réalisations académiques de Bruce Austin,[4] de Richard Maltby et Melvyn Stokes[5], de Fabrice Montebello[6] qui me fit découvrir l’histoire de la réception. Bien qu’ils commencent à dater, la lecture de l’ensemble de ces écrits m’a été particulièrement utile pour identifier mes différents intérêts. Pourquoi les spectateurs se rendaient au cinéma? Pourquoi y retournaient-ils? Comment les spectateurs manifestaient leur appréciation? Ce sont toutes des questions qui m’intriguent et que ces ouvrages développent. Ces études exposent également un exemple méthodologique à suivre. La cueillette de données est particulièrement ardue pour saisir les réactions des spectateurs de cinéma face aux films qu’ils venaient de visionner. Le livre de Maltby et Stokes démontre à quelques reprises que l’utilisation des périodiques et des témoignages oraux peut s’avérer profitable.[7] Ainsi, les sources secondaires associées à l’histoire de la réception m’ont permis de préciser mes intérêts et de discerner des outils méthodologiques.

Histoire sociale du cinéma

L’histoire sociale du cinéma est un domaine de savoir tout aussi indispensable à l’accomplissement de mon projet. Les études qui y sont associées tentent de concevoir comment le cinéma s’est installé dans les différentes sociétés. Elles répondent à plusieurs questions : « Qui allait au cinéma? Comment se rendait-il au cinéma? Que faisait-il après? ». Ce domaine de savoir s’efforce également d’identifier les différentes réactions (religieuses, politiques, civiles) associées au développement de ce média. L’article de Corinne Bonafoux illustre bien cet aspect de l’histoire sociale du cinéma : il démontre la réaction des organisations catholiques françaises face à l’installation des cinémas. Elle constate que le clergé s’est doté d’organismes pour détourner le public des vues immorales. Je mentionne cet article puisqu’il m’a particulièrement marqué. Il me démontrait qu’il était possible d’étudier les réactions causées par les films sans analyser leur contenu. Bonafoux [8] et les autres études sociales[9] se distingue de l’histoire de la réception par l’absence d’analyse filmique. Par sa différente approche, l’histoire sociale adresse des questionnements qui ne sont pas traitées par l’histoire de la réception. Je tenterai donc donc d’utiliser différents éléments de ces deux domaines de savoir afin de mener à terme mon projet.


Plan de veille scientifique

Bien que j’aie effectué plusieurs lectures au cours des derniers mois, je dois rester à l’affût de toutes nouveautés historiques qui concernent l’histoire du cinéma. Tout d’abord, je me suis abonné à différents périodiques généralistes qui promeuvent la culture cinématographique. Je reçois des revues comme 24images qui « s’attache à penser le cinéma d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui, en se faisant le témoin de son évolution, de sa diversité et de la relation qu’il entretient avec la société dont il est issu, tout en observant la société par le prisme des films qui la reflètent. »[10] J’ai également identifié des revues portant sur l’histoire du cinéma : Film History ; Historical Journal of Film, Radio and Television ; Film and History ; Cinémas : Revue d’études cinématographiques, etc. J’ai épluché tous les numéros publiés par ces périodiques et je consulte toutes leurs nouveautés. Par la suite, je tente d’assister à des conférences et des colloques qui concernent l’histoire du cinéma. Pour l’instant, je n’ai pas trouvé de présentations qui pourraient m’aider dans mon cheminement. En revanche, j’ai fait plusieurs rencontres lucratives dans le milieu lévisien. David Gagné et Michel Lessard, tous les deux historiens, m’ont donné des pistes de sources primaires très prometteuses. Ainsi, mon plan de veille scientifique est principalement basé sur les publications des périodiques et les conférences.


[1] Daniël Biltereys dir., Moralizing cinema: film, Catholicism and power, New York ; London, Routledge, Taylor & Francis Group, 2015, 296 p. ; André Parente et Victa de Carvalho, « Cinema as dispositif: Between Cinema and Contemporary Art », Cinémas : Revue d’études cinématographiques / Cinémas : Journal of Film Studies, 19, 1 (2008), p. 37‑55. ; Germain Lacasse, Sacha Lebel, et Hubert Sabino, « L’objet cinéma entre culture populaire et culture savante », Globe : Revue internationale d’études québécoises, 15, 1‑2 (2012), p. 83‑101.

[2] Fabrice Montebello, « De la réception des films au cinéma des ouvriers », Cinémas : revue d’études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, 2, 2‑3 (1992), p. 124.

[3] René Noell, Histoire du spectacle cinématographique à Perpignan de 1896 à 1944, Perpignan, Cahiers de la Cinémathèque, numéro spécial 1973 ; Emmanuelle Toulet, « le Spectacle cinématographique à Paris de 1895 à 1914 », thèse de l’École nationale des Chartes, Paris, 1983.

[4] Bruce A. Austin, Immediate seating: a look at movie audiences, Belmont, Calif, Wadsworth Pub. Co, 1989, 194 p.

[5] Melvyn Stokes et Richard Maltby, American movie audiences: from the turn of the century to the early sound era, London, BFI Pub, 1999, 186 p.

[6] Fabrice Montebello, Op. cit.

[7] Melvyn Stokes et Richard Maltby, Op. Cit., p. 1.

[8] Corinne Bonafoux, « Les catholiques français devant le cinéma entre désir et impuissance. Essai d’une histoire du public catholique », Cahiers d’études du religieux. Recherches interdisciplinaires, Numéro spécial (2012), http://journals.openedition.org/cerri/1073, consulté le 19 octobre 2019.

[9] Yves Lever, « L’église et le cinéma : Une relation orageuse », Cap-aux-Diamants : La revue d’histoire du Québec, 38 (1994), p. 24‑29. ; Paul S. Moore, « Early Picture Shows at the Fulcrum of Modern and Parochial St. John’s, Newfoundland », Newfoundland and Labrador Studies, 22, 2 (2007), http://journals.lib.unb.ca/index.php/NFLDS/article/view/10119, consulté le 6 février 2019. ; Jean Pierre Esquenazi, « Éléments de sociologie du film », Cinémas : revue d’études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, 17, 2‑3 (2007), p. 117‑141.

[10]« QUI SOMMES-NOUS ? », 24images [en ligne], Montréal, https://revue24images.com/qui-sommes-nous/, consulté le 19 octobre 2019