Ceci n’est pas du gâteau

Texte écrit par Emmy Bois

S’il y en a pour qui produire un bilan historiographique est aisé, je ne fais décidément pas partie de ceux-là. Pour tout vous dire, cet exercice n’a jamais été ma tasse de thé.

Passage obligé — et souvent mal aimé — de tout étudiant en histoire qui souhaite entreprendre une recherche, le bilan historiographique permet de rendre compte de l’état des savoirs entourant un sujet précis. Dans le cas de l’histoire rurale et féodale, l’historiographie est riche, dense et bien fournie. Or, au Québec, peu d’ouvrages se sont véritablement consacrés à l’étude de la pratique des papiers terriers, sujet au cœur de mon mémoire de maîtrise.

L’histoire rurale et féodale : un paysage fertile et bien fourni

D’hier à aujourd’hui, ici ou ailleurs, l’histoire rurale et féodale n’a cessé d’intriguer. Plusieurs chercheurs, comme Bloch[1], Duby[2], Courville[3][4], Séguin[5], Dechêne[6] et Greer[7] — pour ne nommer qu’eux —, se sont penchés sur des questions d’ordre territorial, social, juridique et économique : l’organisation et la gestion des fiefs, le statut des hommes et des terres seigneuriales, de même que le pouvoir des seigneurs sur la terre et les hommes, en sont quelques exemples. Chapeautée par la grande catégorie de l’histoire seigneuriale québécoise, la pratique des papiers terriers laurentiens s’inscrit dans plusieurs de ces champs de recherche, ou domaines de savoirs.

L’histoire de la féodalité et l’histoire seigneuriale québécoise sont intimement liées, les termes « seigneurie » et « féodalité » étant quelques fois employés comme synonyme. Or, s’il est vrai que la seigneurie est une composante fondamentale de la période dite féodale[8], celle établie en Amérique du Nord du XVIIe siècle diffère bien de son ancêtre médiévale, dont la forme variait à l’échelle de l’Europe et à l’intérieur même du royaume de France. Établir cette distinction entre « seigneurie médiévale » et « seigneurie laurentienne », c’est aussi rappeler la spécificité de l’occupation des terres de la vallée du Saint-Laurent.

Si l’étude de l’histoire de la féodalité n’est pas à négliger, l’histoire notariale est toute aussi importante pour une bonne compréhension des pratiques de gestion de l’espace rural. Comme le note Gabriel Fournier : « la genèse du terrier est inséparable de l’évolution du notariat [9]», les terriers étant « […] les héritiers lointains des polyptyques carolingiens et des censiers du XIe et XIIe siècles[10]».

Les papiers terriers laurentiens : des documents peu prisés

En Europe, et surtout en France, les papiers terriers ont été maintes fois étudiés tant par les médiévistes (Bloch[11], Angers[12], Fossier[13]) que par les modernistes (Soboul[14]). Pourtant, au Québec, un nombre restreint de chercheurs se sont attardés à l’étude de ces documents, et très peu nombreux sont les historiens qui les ont utilisés comme pièce maîtresse de leur argumentation (Chabot[15], Laberge[16][17], Lessard[18], LaRose[19][20]).

Parmi les textes que je qualifierais d’importants dans l’étude des terriers laurentiens, il y a l’article de Fernand Ouellet[21]. Ouellet utilise les papiers terriers de la seigneurie de Laprairie afin d’étudier la répartition de la propriété foncière et les types d’installations agricoles dans les années 1830. L’un des premiers à intégrer ces documents à son argumentation, l’historien note l’intérêt qu’ils représentent pour l’histoire sociale. Dans le même ordre de pensées, Mario Lalancette[22] réalise une démonstration similaire, désirant lui aussi établir la répartition de la propriété foncière, mais cette fois, pour la seigneurie de Mount Murray.

Cela dit, passons maintenant aux incontournables !

En 1991, Alain Laberge publie un article issu de ses recherches postdoctorales qui met, pour l’une des premières fois, l’étude des terriers laurentiens au centre de son argumentaire. Laberge analyse, par le biais des terriers de la seigneurie de la Rivière-Ouelle de 1771, la propriété foncière, la capacité de production des censitaires et le développement du paysage rural. Il ne manque pas d’esquisser une présentation des terriers et de souligner leur importance pour une meilleure compréhension de l’expérience historique seigneuriale. Toutefois, malgré l’emphase mise par ce chercheur sur l’intérêt que revêtent ces documents, il faut pratiquement attendre 25 ans – outre quelques exceptions (Lessard, 2003) – pour qu’un autre historien, André LaRose (2016), réaffirme leur pertinence et leur utilité. Tout en procédant à l’étude des « titres nouvels » de la seigneurie de Beauharnois, LaRose démontre le processus de confection ou de réfection des terriers et met de l’avant les rapports seigneur-censitaire. Publié dans le collectif Nouveaux regards en histoire seigneuriale au Québec, son article participe ainsi au renouvellement de l’historiographie seigneuriale et à la réactualisation de l’intérêt des terriers pour l’histoire rurale québécoise.

Rester informée : une recette gagnante

Dans les prochains mois, je surveillerai les publications de la Revue d’histoire de l’Amérique française de même que la parution d’articles ou d’ouvrages hors Québec, notamment par le biais de mon abonnement aux alertes des bases de données Érudit et Cairn. Je m’informerai également des différents colloques présentés par les instituts ou les universités canadiennes, mon but étant d’entrer en contact avec d’autres chercheurs travaillant en histoire seigneuriale.

Je suis consciente que le paysage historiographique que j’ai brossé dans ce billet est encore très général : j’aurais voulu tant en dire, et il me reste encore tant à lire ! Après tout, vous en conviendrez peut-être vous aussi : produire un bilan historiographique, c’est loin d’être « du gâteau ».


[1] BLOCH, Marc. La société féodale. Paris, Albin Michel, 1998 [1939], 513 p.

[2] DUBY, George. Féodalité. Paris, Gallimard, 1996, 1 523 p.

[3] COURVILLE, Serge. Le Québec : genèses et mutations du territoire. Synthèse de géographie historique. Québec, Presses de l’Université Laval, 2000, 508 p.,

[4] COURVILLE, Serge. « L’habitant canadien et le système seigneurial, 1627-1854 ». Thèse de doctorat (géographie), Université de Montréal, 1979, 409 p.

[5] SÉGUIN, Maurice. « Le régime seigneurial au pays du Québec, 1760-1854 ». Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 1, n° 3 (1947), p. 382-402.

[6] DECHÊNE, Louise. Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle. Montréal, Boréal, 1988 [1974], 532 p.

[7] GREER, Alan. Habitants, marchands et seigneurs. La société rurale du bas Richelieu, 1740-1840. Québec, Septentrion, 200, 356 p.

[8] Définie par George Duby comme une période s’étendant principalement du Xe au XIIe siècle.

[9] FOURNIER, Gabriel. « Les origines du terrier en Auvergne (XIIIe-XVe siècle) », dans Ghislain BRUNEL, Olivier GUYOTJEANNIN et Jean-Marc MORICEAU, dit. Terriers et plans-terriers du XIIIe au XVIIIe siècle : Actes du Colloque de Paris (23-25 septembre 1998). Paris et Rennes, École nationale des chartes et Association d’histoire des sociétés rurales, 2002, p. 7.

[10] Ibid.

[11] BLOCH, Marc. « Cadastres et plans parcellaires». Annales d’histoire économique et sociale, vol. 1, n° 1 (janvier 1929), p. 60-70.

[12] ANGERS, Denise. Le terrier de la famille d’Orec à Cideville (Haute-Normandie), XIVe-XVIe siècles. Montréal, Presse de l’Université de Montréal et Société de l’histoire de Normandie, 1993, 299 p.

[13] FOSSIER, Robert. Polyptyques et censiers. Turnhout, Brepols, 1978, 70 p.

[14] SOUBOUL, Albert. Problèmes paysans de la Révolution, 1789-1848 : études d’histoire révolutionnaire. Paris, Maspero, 1983, 442 p.

[15] CHABOT, Richard. « Les terriers de Nicolet : une source importante pour l’histoire rurale du Québec au début du XIXe siècle». Les Cahiers nicolétains, vol. 6, n° 3 (septembre 1984), p. 114-126.

[16] LABERGE, Alain ( avec la collaboration de Jacques MATHIEU et Lina GOUGER). Portrait de campagnes : la formation du monde rural laurentien au XVIIIe siècle. Québec, Presse de l’Université Laval, 2010, 155 p.

[17] LABERGE, Alain. « Seigneur, censitaires et paysage rural : le papier-terrier de la seigneurie de la Rivière-Ouelle de 1771», Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 44, n° 4 (printemps 1991), p. 567-587.

[18] LESSARD, Renald. «Retrouver la propriété de nos ancêtres : l’apport des papiers terriers seigneuriaux». L’Ancêtre, vol. 26, n°262 (printemps 2003), p. 247-249.

[19] LAROSE, André. La seigneurie de Beauharnois, 1729-1867 : les seigneurs, l’espace et l’argent. Thèse de doctorat (histoire), Université d’Ottawa, 1987, 685 p.

[20] GRENIER, Benoit et Michel MORISSETTE, dir. Nouveaux regards en histoire seigneuriale au Québec. Québec, Septentrion, 2016, 483 p.

[21] OUELLET, Fernand. « Répartition de la propriété foncière et types d’exploitation agricole dans la seigneurie de Laprairie durant les années 1830». Éléments d’histoire sociale du Bas-Canada, Montréal, Hurtubise HMH, 1972, p. 113-149.

[22] LALANCETTE, Mario. « Essai sur la répartition de la propriété foncière à La Malbaie au pays de Charlevoix», dans François LEBRUN et Maurice SÉGUIN, dir. Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l’Ouest, XVIIe‑XXe siècles : actes du colloque franco-québécois de Québec, 1985. Trois-Rivières, Centre de recherche en études québécoises (CIÉQ), 1987, p. 79-89.