Les registres des dominés : par quels angles analyser un terrier ?

Cathédrale Notre-Dame-de-Noyon, https://www.iha.fr/locations-vacances-crisolles/$ZP/, consulté le 22 octobre 2019.

Par Raphaël Mainguy-Thériault

Ahhh, la domination…

Sujet fort fascinant que celui-là ; au même titre que les sociétés qui la mettent en place ou les économies qui en dépendent.

Coup de bol me direz-vous, mais c’est sur quoi je vais travailler ! N’est-ce pas fantastique[1]?!

En effet, le terrier médiéval, en tant que Descriptio des biens et terres loties par un seigneur à ses dépendants, touche à ces trois domaines canoniques de l’histoire médiévale, dont le renouveau fut lancé par les historiens marxistes des années 70. En tête de peloton, on retrouve ce cher Robert Fossier – paix à son âme –, nul autre que le père d’un concept fort utile pour comprendre l’avènement du féodalisme et du système seigneurial : l’encellulement. Pour faire bref, l’encellulement reprend l’idée avancée par Pierre Toubert, celle de l’incastellamento, soit le regroupement des villages autour des châteaux entre le Xe et le XIIe siècle, et l’extrapole à des schémas plus généraux, applicables à d’autres pôles ou aimants de peuplement, telle l’Église, le cimetière ou la paroisse.

Vous l’aurez deviné, l’addition majeure au système de Pierre Toubert est l’incorporation de l’Ecclesia. C’est d’ailleurs à partir de cet ajout que les historiens réalisèrent qu’ils étaient devant non pas un évènement isolé, mais devant un phénomène global d’ancrage spatial, dirigé par les élites du temps. Forts de ce nouveau constat, les médiévistes se sont effectivement aperçus qu’il ne s’agissait pas là d’un mouvement spontané et naturel, mais d’un mouvement mis en œuvre et fortement supervisé par l’Église et l’aristocratie laïque.

La domination, chers amis ! Décortiquons maintenant, si vous le voulez bien.

Histoire socio-économique et ouvrages généraux

Pour me rafraîchir la mémoire sur ces grandes idées de l’histoire socio-économique, j’ai consulté dès les premières semaines de ma maîtrise les œuvres de Fossier (Enfance de l’Europe[2] et La société médiévale[3]) et quelques articles traitant les rapports liant la spatialité à la conjoncture socio-économique du Moyen Âge central.

Or, les plus fins renards auront remarqué qu’il s’agit d’ouvrages de synthèse antérieurs à la période que j’étudie (XIVe-XVe). Eh oui, il me fallait passer par là et obtenir mon lot de purée comme les autres détenus si je voulais comprendre les notions apportées par les auteurs s’intéressant à cette période ultérieure que Johan Huizinga a si savoureusement baptisée « l’Automne du Moyen Âge[4] ». Incidemment, il n’existe guère en France d’œuvres de synthèse à jour pour les XIIIe-XVe siècles, bien qu’il s’agisse de la période médiévale pour laquelle l’on possédât le plus de documentations; savourez l’ironie et enragez-vous avec moi de ce sournois coup de pied dans les burnes gracieuseté de Dame Fortune…

Je ne me laisserai cependant pas abattre par cette déconvenue. Le vide patent dans la littérature française m’a forcé, semblable à un seigneur bourguignon du XIVe, à changer d’allégeances et à me tourner vers nos copains les Rouges, un peu plus outillés sur le sujet. Je n’ai cependant appris la nouvelle qu’hier, alors je ne me suis guère encore attaqué à cette vaste historiographie. Toutefois, j’ai bon espoir de trouver dans The New Cambridge Medieval History c. 1415 – c. 1500 les informations que je cherche, ou à tout le moins quelques pistes de lecture.

Je dois aussi lire les publications du projet collectif de recherche pour me familiariser avec l’Île-Barbe et Saint-Rambert, puisque j’ambitionne non seulement de travailler sous la tutelle de ses artisans, mais aussi d’y participer un jour moi-même à titre d’apprenti.

Histoire du notariat et du rapport des médiévaux à l’écrit

Le notariat et le rapport à l’écrit demeurent des incontournables lorsque vient le temps de s’éplucher des manuscrits médiévaux rédigés par des notaires; oui je sais, mais n’en soyez pas trop déstabilisés.

Or si le lien semble plutôt évident entre notariat et documents notariés, celui du rapport à l’écrit parait plutôt obscur, vous me direz. C’est qu’il faut se replacer en contexte. Au Moyen Âge, l’écriture revêt des atours particuliers et connaît des évolutions notables qui ne sont pas sans incidence pour les mentalités de ses contemporains. D’abord destinée à l’usage quasi exclusif des clercs et de quelques citadins laïques, l’écriture se démocratise avec l’expansion hors des cadres méditerranéens des professions de Droit : juristes, notaires, prévôts, juges-mages, etc. Il s’agit d’ailleurs de l’une des évolutions fondamentales entre le censier, registre foncier du Moyen Âge central et ancêtre du terrier, et le terrier lui-même. À ce stade-ci, outre les quelques notions que j’ai apprises sur cette réappropriation des prérogatives cléricales par les juristes, j’en sais encore trop peu pour attaquer de front les terriers Coquet (1356) et Cayet (1407-1410)[5]. Pour pallier ces lacunes, j’espère me familiariser avec les travaux d’une historienne avec laquelle j’ai partagé quelques godets de vermouth en Catalogne, Kouky Fianu, professeur titulaire à l’Université d’Ottawa et spécialiste de la question notariale en France à l’époque médiévale et au-delà. J’envisage aussi de consulter les articles de la revue Médievales, dont ceux de P. Chastang et P. Bertrand. Chez les Brits encore, je lirai probablement M. Carruthers, spécialiste de la mémoire au Moyen Âge, et Jack Goody, de Cambridge.

Les terriers : typologie et nomenclature

Exercice aussi pénible qu’inévitable, l’initiation à la typologie entourant les registres fonciers est un élément incontournable pour celui qui étudie les terriers. Néanmoins, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne est que j’ai déjà fait ce travail de débroussaillage. J’y retrace en outre, appuyé encore sur l’ami Fossier et ses livres de typos, Polyptyques et censiers[6] et L’atelier du médiéviste 6 : sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge occidental[7], comme sur les actes d’un colloque de 1998[8], les différentes transformations qu’ont connues les livres fonciers jusqu’à l’avènement du terrier seigneurial. Il me reste pour ainsi dire que quelques ouvrages à consulter et tous partagent le trait de s’intéresser à des sources précises plutôt qu’à l’établissement d’une nomenclature, tels les livres cités plus haut. C’est le cas de la thèse de Marie-Thérèse Lorcin, Les campagnes de la région lyonnaise aux XIVe et XVe siècles[9], qui aborde conjointement la situation campagnarde de la région que j’étudierai.

La mauvaise nouvelle maintenant : j’ai l’impression que je vais devoir tout relire tant cette typologie est vaste et intriquée. Même Fossier souligne avec une pointe de cynisme que l’absence de règles normatives autour de ce type documentaire a emmené certains scribes médiévaux à intituler leur manuscrit par la simple expression « livre » ou « description ». Les plus prudents du lot allèrent même jusqu’à évacuer la titulature, c’est dire !

Qu’à cela ne tienne, j’espère me documenter adéquatement en frayant avec les revues en ligne Medievales et Académia, le site Regesta imperii ou directement auprès des maîtres d’œuvre du projet collectif de recherche. La partie la plus difficile de ma recherche ne consiste en aucun cas en “l’abreuvement documentaire”.


[1] Il n’y a aucun hasard, vraiment. Quand on aime tout, on est facile à satisfaire…

[2] 1986.

[3] 1996.

[4] 1919.

[5] Je me suis dit qu’après tout ce temps, vous deviez avoir oublié leur nom.

[6] 1978.

[7] 1999.

[8] Terriers et plans-terriers du XIIIe au XVIIIe siècle : actes du colloque de Paris, 23-25 septembre 1998, édité par Ghislain BRUNEL, Olivier GUYOJEANNIN et MORICEAU Jean-Marc,Rennes : Association d’histoire des sociétés rurales ; Paris : École nationale des Chartes, 2002, 464 pages.

[9] 1974.